Pédiatrie, oh oui.

Publié le par Ephélide

Expliquez à qui veut bien l'entendre que non, la pédiatrie n'est pas une spécialité de filles qui veulent jouer à la poupée, dites que la pédiatrie à l'hôpital c'est pas facile, et que c'est cliniquement intéressant.
Et voilà que, tous les matins, en épluchant les carnets de santé des enfants entrés dans vos lits et dont vous devez faire l'observ', vous tombez au minimum sur une pédiatre trisomique par jour.
J'entends par "pédiatre trisomique" ce genre de personnes qui, dans les nombreux mots qu'elle écrit dans le carnet de santé, écrit, au lieu du "beau bébé" laconique qui est l'équivalent pédiatrique du non moins laconique "bon état général", voire expéditif "BEG" qui permet de dire en peu de mots que quelqu'un va bien ; voilà que cette pédiatre donc, écrit en conclusion de son examen clinique, "Amour de bébé" ou "Superbe petite fille à croquer". Et j'en passe.
Ah non, merde, quoi. De grâce, un peu de dignité.
Si vous vous tirez des balles dans le pied les filles, ne comptez plus sur moi pour aller explorer la plaie et parer les lésions.

Mon nouveau CCA (nouveau parce que j'ai changé d'aîle au sein du service de pediatrie pas de service), ressemble à un panda.
Certes, il rentre dans du 34 fillette H&M et il est souvent survolté, ce qui gâche un peu la perfection de ma comparaison avec le paisible herbivore. Mais il en a les cernes (et la touffe de cheveux noirs). Vraiment. Des cernes monstrueuses qui ne le quittent jamais, alors je n'abandonnerai pas cette image si facilement. Disons, un panda anorexique et sous amphétamines

En fait, quand on le voit, on n'a qu'une envie, c'est de lui poser une perf d'Oliclinomel (c'est ce qu'on donne aux gens qui ne peuvent pas s'alimenter), et de le bourrer de lexomil pour le faire entrer dans une hibernation bien méritée. Parce que c'est le genre de type qui, si il s'endort sur quai du TGV qu'il doit prendre pour aller en congrès, ou sur un banc public, peut facilement se faire quelques piécettes en faisant culpabiliser la bourgeoise.

Ajoutez à cela qu'il fait à peu près un mètre douze -talonnettes incluses-, (j'en veux pour preuve qu'il chausse du 6, 6 et 1/2 en taille de gants), et qu'il fait plein de blagues mysogynes juste pour nous faire réagir, vous comprendrez que j'aie du mal à le prendre au sérieux quand il s'excite pour des histoires d'examens complémentaires pas encore rangés à 9h01.
(soit dit en passant, si quelqu'un qui travaille dans mon hosto lit ceci, je suis plus que grillée, il n'y a pas en france 2 pédiatres rachitiques avec des cernes certifiées tatouages permanent, et je lui serais infinimment reconnaissante d'attendre le 1er juillet pour vendre la mèche. Si vous êtes mon chef de service, sachez que même si vous me faites penser au papa de petit ours brun, je vous prends très au sérieux, vous. Certes, quand ça ne va pas, j'ai d'étranges envie de venir me lover contre vous en suçant mon pouce mais je ne crois pas être la seule à qui votre physique imposant et rassurant fasse cet effet).

Vous vous étonnez que le fait qu'à 9h01 des examens complémentaires non rangés soient un sujet d'énervement ? Ce que vous ne savez pas c'est que ce médecin au demeurant plutôt pédagogue et capable d'être sympa (mais pas quand il refuse de nous décharger un peu de boulot en périodes de partiels), a su voir en ses externes, plus que les autres, ce que nous n'avions même pas commencé à soupçonner nous même : la vocation de secrétaires médicales qui sommeillaient en nous.
Alors quand il voit que nous ne donnons pas le meilleur de nous même dans ce qui est pourtant notre passion, il s'agace : "Pourquoi le classeur bleu est il à côté de la pochette marron et non pas dedans?" (à répêter trois fois sur un ton de plus en plus pressant et exaspéré).

Après mon passage en ortho, autant vous dire que ce genre de remarque émanant d'un ailuriné rachitique ne me fait plus guère d'effet. J'essaie de ne pas ricaner et part tracer ma courbe de croissance ailleurs ou voir un gosse.

Comme l'animal est très exigeant, entre deux tri d'examens complémentaires et ordonnage de dossiers, ce stage est relativement formateur (pour un stage de d2 au moins).
Mais épuisant.
Mais formateur.
Les visites ressemblent parfois à du ping pong de questions-réponses. Avec lui dans le rôle de rafaël Nadal à qui on aurait donné cette minuscule raquette sans qu'il comprenne vraiment pourquoi, et qui, du coup, continuerait à frapper la balle à la puissance "Roland Garros, je vais te me l'exploser ce Féderer".
Je ne me suis toujours pas pris la balle dans l'oeil. C'est plutôt bon signe.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

karabin 22/07/2007 20:21

ok je serais discret mais dis moi juste le terrain de ton stage d'été histoire que j'essaie de deviner qui tu es ;-)

Ephélide 26/08/2007 21:41

ok, ben merci beaucoup, je compte sur toi (ça me fait bien rire d'écrire ici, mais j'ai vraiment pas envie que ça soit connu des gens que je connais, pas envie d'avoir à surveiller ce que je dis).je suis en cardio, voilà... et bonne fin de "vacances"

Ephelide 21/07/2007 15:41

mince, Karab.. je savais que mes moqueries me perdraient...Puis je te demander l'immense faveur d'une Grande Discretion ? S'il te plaît ?

Karabin 21/07/2007 15:24

c'est pas possible. je suis tombé par hasard sur ton blog et je lis "panda" "chef rachitique" "pédiatrie " "chef de service= gros ours".Toi tu as gouté au joie de la pédiatrie clamartoise!!!!!!

Merlin 05/06/2007 09:52

Les cernes du panda, c'est peut-être justement une balle dans l'oeil de chaque côté...