Externe, Kézaquo ?

Publié le par Ephélide

Tout d'abord, la question que tout le monde se pose. "Qu'est ce qu'un externe ?".

Non, ce n'est pas quelqu'un qui rentre chez lui pour manger. Enfin si, mais pas dans ce contexte. Proposition suivante ?
Non, non plus, ce n'est pas quelqu'un qui n'a rien à faire là (quoique). D'autres volontaires ? Non ?

Un externe c'est le degré zéro de la hiérarchie hospitalo-universitaire.

Certes, il y a le stagiaire en -1, mais le stagiaire, en général, c'est un peu le comme le cousin Gontrand qui a été bercé trop près du mur, et à qui on en veut pas d'être un peu lent. On le laisse dans son coin, on le surnomme affectueusement "thrombus de couloir", et de temps en temps on lui jette un os "va accompagner Untel pour ausculter monsieur Machin". Ou "vas y écoute et dis moi ce que tu entends".

Il a passé son concours, il a un stétho dans la poche et ça suffit à son bonheur. Il parade dans sa blouse blanche, qu'il garde pour aller chercher un café à la cafèt de l'hosto, à moitié pour la frime à moitié pour bénéficier du prix réduit "personnel de l'ap hp" sans avoir à le mendier ("au fait je suis étudiant, puis je avoir le tarif réduit ?"). Quand il est en groupe, dans les transports ou hors de son CHU il fait souvent ce que font tous les kékés, à savoir : parler ostensiblement de ses études et de ses stages en espérant (plus ou moins consciemment) impressionner les gens autour. C'est lamentable, oui. A sa décharge il en a bavé pour en arriver là. Et ça lui passera. Ou bien il finira chirurgien esthétique, à voir.

Un externe est légèrement plus avancé que le stagiaire, mais uniquement parce qu'il a un an de plus. Et cette année de plus ne lui apporte pas grand chose. Sauf des ennuis. Et l'incroyable chance d'approcher un peu du métier qu'il veut faire, oui, aussi, mais des ennuis, surtout. Il arrête vite de parader. Surtout si vous le saisissez au saut du lit à 3h du mat' alors qu'il a fermé les yeux depuis 10min et qu'on le bippe parce qu'un crétin bourré qui a donné un coup de poing dans une vitre se pointe aux urgences. Vous verrez il fait moins le fier.

Donc, du jour au lendemain, ou, plus exactement, après 3 mois de vacances, notre externe quitte la douce vie de 3ème année et se retrouve propulsé dans la délicate situation suivante :

1) Il est censé savoir quelque chose. On attend de lui qu'il sache répondre à certaines questions, même abruptes, même sur une matière qu'il n'a jamais étudié.


2) Il est censé savoir ausculter un patient. En général c'est lors du premier examen en solo qu'il se rend compte qu'il n'aurait pas du dire "mais oui je l'entends le souffle au coeur" en prenant un air inspiré toutes les fois qu'on lui en faisait écouter un, au temps béni où il était stagiaire (et qu'un médecin sympa daignait s'occuper de lui), alors qu'il n'entendait rien d'autre qu'un bruit de coeur. (depuis ce jour lui a reéssayé sur lui. Il est persuadé d'avoir un souffle au coeur, maintenant, mais ne sait toujours pas en reconnaître un).

A l'époque il avait peur de passer pour un con. C'est maintenant qu'il se rend compte qu'il en est un.

3) Il est devenu un défouloir universel. Tout le monde, de l'infirmière au chef de service, en passant par la secrétaire médicale, peut s'en servir. Il y met du sien aussi, c'est un boulet, il faut le reconnaitre. Il n'y a guère que le stagiaire qui aie du respect pour lui, mais en général, ça ne dure pas, car c'est uniquement l'effet de l'aveuglement produit par ce titre un peu pompeux "externe".
A sa décharge imaginez que l'on vous ai enseigné la théorie de la conduite (genre comment appuyer sur les pédales et tourner le volant), puis lâché au volant d'un camion, en plein Paris (que vous ne connaissez pas) avec pour mission de retrouver votre chemin vers votre Creuse natale. Vous imaginez ? Voilà, c'est à peu près la même sensation.
Bref, dossier mal rangé, exams à aller chercher, mal rédigé, trop rapide, trop ceci et pas assez cela ? Cherchez celui qui a l'air égaré au dessus de sa blouse blanche, c'est lui. Allez y, criez.

4) Il est censé pouvoir faire des gardes et ça... Ca ça mérite un article à soi tout seul. Patience.

A ne pas confondre avec un Interne. (qui, non, n'est pas quelqu'un qui vit mange et dort à l'hôpital (quoique)
Un interne c'est le "grade" au dessus. Encore étudiant, mais surtout, presque médecin, avant tout. Beaucoup plus de responsabilités, encore beaucoup de choses à apprendre, une certaine expérience et un certain savoir (ou un savoir certain ?) malgré tout.
Il a passé l'internat, il "respire" enfin, déjà ça derrière lui. (Ca, c'est fait.). En même temps, "respirer" dans son cas, ça veut dire travailler à plein temps à l'hôpital, selon des horaires plus ou moins impossibles (version "bienvenue au pays où l'on ne dort jamais" pour la pediatrie par exemple).
Il a les yeux cernés et de la barbe, sauf les filles qui mettent de l'anticernes.
Mais c'est souvent valable pour les externes aussi. Surtout en 6ème année (mais on les croise moins ceux là, parce qu'ils vivent dans les bibliothèques universitaires).

Ensuite, petit guide pratique :

Comment communiquer avec un externe ?

Voilà. Vous avez un spécimen face à vous. Vous l'avez rencontré dans un de ses hasard que crée la vie, soirée, ami d'amis etc... On vous a présentés, il y a un silence qui va finir par devenir embarassant si vous ne vous mettez pas à parler. Que dire ?

Il faut savoir que l'externe est à la médecine ce que le Geek est à l'informatique. Il est monomaniaque. Si vous arrivez à le lancer sur un de ses stages, vous êtes sauvé, le silence sera rompu.
Par contre ne demandez pas à un externe "et tu feras quoi comme spé plus tard ?" Non. Non. non non et trois fois non. C'est agaçant cette question. On choisit sa spé à l'issu d'un concours nationnal qui se prépare longtemps et qui est sans merci. On ne fait pas toujours ce qu'on veut. Ca fait peur d'y penser.
Utilisez un moyen détourné : "Et t'es où en stage en ce moment ?" ou "Quel a été ton stage préféré ?". Voilà, c'est mieux. C'est un terrain neutre et les stages fourmillent de trucs inintéressants à raconter.
Ne posez pas non plus à un externe des questions dégueu pour ensuite faire "Oah arrête t'es crade."
Vous voulez une description de dissection ? Vous voulez savoir ce qui se passe dans un bloc ?  Ce qu'on a vu de pire ? Vous venez d'ouvrir une porte qu'en général on garde fermée eut égard à la sensibilité des autres. Assumez.

Publié dans Lexique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Doc junior 25/08/2015 16:17

J'ai adoré cette description et surtout le moment ou tu parles des stagiaires aveuglés par le titre d'externe. Je me suis trop reconnu dedans en repensant à mon stage infirmier où un externe m'a apprit à prendre la tension en mode manuel sans dinamap et à faire des points de suture sur une fausse plaies.

Et quand il m'expliquait pourquoi il faisait telle ou telle chose lors de l'examen clinique, je me disai juste un truc : "ouaw" !

sebstoy 18/08/2011 05:11



ahahahah le kéké qui discute à (haute) voix de l'opération trop folle à laquelle il a assisté pendant son premier stage de chir en check list, tout à fait moi il y a pas si longtemps! En bizuth
j'adorais aussi sortir mon Netter à la page des appareils génitaux (programme de p2 dans ma fac....) dans le train. 


Et +1 pour le "tu sais déja quelle spécialité? (...) "



sun 07/10/2008 21:02

Aah, cette description des externes en medecine est à la fois cruellement réelle, et sarcastiquement drole, un blog qui vaut le détour, je t'en félicite!...des articles qui donnent un plasir à lire, j'en lirais un tout les jours, jusqu'à la fin de ce blog!cordialement- Une D2 qui déprime :)

hélène 06/03/2008 19:39

je découvre ce blog tout à fait par hasard, et j'avoue que rien qu'en lisant quelques articles je suis pliée en deux devant mon ordi! Je suis infirmière, diplômée depuis un an. Je bosse dans une clinique privée( et oui pas classe, mais en bretagne y a pas de boulot a l'hopital!) .mes études ne sont pas loin, je me souvient donc bien des nombreux externes que j'ai rencontré pendant mes stages, du coup trop marrant de lire l'envers du décor!!! bon vent!

jocelyncharles 16/12/2006 20:59

Bon:
1. meme lors de son stage infirmier on s attend souvent a ce que l etudiant en medecine sache tout... en gros... on doit savoir tout ce qu on n a pas encore appris, ouahhhh
2.il suffit de dire " je suis etudiant en medecine " pour qu on vous balance le fameux " mais qu est ce que tu veux faire comme spe " et quand on essaye de se defiler avec un bon vieux " je verrais au cours de mon cursus et en fonction de mes stages ", on recoit : " mais non c est maintenant que tu devrais savoir "
Grrrrr, je me reconnais assez dans cet article lol