Je n'ai pas l'esprit clanique.

Publié le par Ephélide

La preuve : Je ne suis pas au Vouuaille. Au WEI. Au week end d'intégration, quoi. Qui se déroule en ce moment même.
J'y avais bien rit quand j'étais bizuthe, (i.e. en deuxième année) je dois l'admettre, j'avais bu raisonnablement et je m'étais dévêtue (dans les limites du raisonnable, maman, dans les limites du raisonnable), pour le bien de mon équipe -l'altruisme me perdra, mais voilà, je n'ai pas l'esprit clanique.

Il suffit que quelqu'un revendique une appartenance à une catégorie exclusive, avec ses codes pour les initiés, et son univers siiiii particulier, pour que ça me donne des boutons. Surtout vu le degré d'artificialité de ce genre de chose. Si certains montrent leurs fesses aux cars de touristes japonais qui dépassent les cars en route pour le WEI, parce que c'est drôle (c'est leurs fesses, et leur problème, et c'est vrai que la tête du japonais étonné ou du retraité outré vaut le coup d'oeil)  d'autres appliquent la philosophie du "je bois un max et je montre mes fesses pour biiiien me persuader que je suis étudiant(e) en médecine. Et je raconte plein de blagues scatologiques, aussi". Et ça... c'est... triste. Non ?

Si. Triste comme ces "VIP" de mon amphi qui se sont tous mis à boire du "Burn" comme un seul homme, du jour au lendemain, lorsqu'on a repris les cours. Sous prétexte qu'on est externes maintenant et que l'externat, c'est crevant et qu'on a besoin de boissons énergétisantes pour travailler tard et tenir pour les gardes. Moi je veux bien, mais j'ai eu du mal à voir le crevant dans les trois jours de cours (sans stage ni gardes) qu'on vient d'avoir. Abrutissant, oui. Nécessitant un "burn" à 10h du matin ? Non.
Je suis injuste, c'est pas triste, ça a un petit côté attendrissant. Comme les enfants qui rangent leur doudou la veille de la rentrée en CP, parce que maintenant "ils sont grands". Sauf que là il sortent un nouveau doudou, tous en coeur. C'était mignon, dix personnes avec la même bouteille dans la main au même moment. En fermant les yeux, on pouvait entendre les bêlements.

Rien n'est plus horripilant que d'entendre parler des "djeuns" (qui ne lisent plus et qui puent, en substance, selon le JT de FR2 d'hier soir), des "séniors", ou tout autre catégorie pseudo hermétique que les médias ou (pire) les intéressés inventent, et dans lequelles on est priés de se reconnaitre.

La seule chose qui se ressent vraiment de mon appartenance à la joyeuse catégorie "carabins" est, outre ma conversation (ce blog en est la preuve), mon humour. Parce que, oui, j'ai un humour de geek. Oui, appeller un stagiaire "thrombus de couloir" ça m'a toujours fait rire. Et la maladie et la mort aussi.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Houlà, des compliments ! je rougis et doutes de les mériter mais ça ne m'empêche pas de les recevoir avec grand plaisir... Bon du coup j'ai la pression, la grosse pression, vu que oui, une personne a lu ce blog (et donc mes statistiques ne se limitent plus à mes propres visites, ouais !), houlala. J'essairais d'être à la hauteur des ces gentillesses. Merci d'être passé et d'avoir pris la peine de laisser un mot.Et puis j'aime les anêries -je me sentirais seule sinon.Ah ouiii, les cernes, le "haaa", le mérite de la cannette. Bien vu. Mais je suis probablement trop mesquine pour vraiment comprendre la joie d'un Burn à 10h du mat. Faut pas m'écouter.
Répondre
R
Mon Dieu, quelle élégance de la plume! J'ai jouis en lisant ce blog. (Orgasme silenceux et sec, oui oui) J'ai toujours voulu écrire comme mon cerveau pense. Comme ce que je viens de lire. Mais j'y arrive pas. Les mots forment une pelote de laine (que j'arrive même à imaginer avec un E qui se détache de la boule) et j'écris que des ânneries. Exactement comme je le fais présentement. Je parle/écrit beaucoup trop, pour simplement dire... Bravo.  Et au fait, les boissons énergisantes avec un 'Ahhhhh' bien placé après la première gorgée, ça fait très "Wow, je suis trop important, regardez les cernes sous mes yeux, je MÉRITE cette boisson et pas vous."  Ce qui donne tout son charme à la cannette.
Répondre