J'aime les coucher de soleil pour ne rien dire

Publié le par Ephélide

Une chose que l'on découvre en travaillant sa sémio et son anat : les médecins fameux dont les noms baptisent les aîles et pavillons de nos hôpitaux ne se privaient pas d'être poètes en nommant les signes cliniques ou syndrômes qu'ils décrivaient.
Enfin, beaucoup assouvissaient avant tout leur mégalomanie et les nommaient d'après eux mêmes,  et c'est ainsi que tu as en toi, lecteur, une bronche parmi tant d'autres, qui au lieu d'être décrite comme ses soeurs par sa position anatomique (genre latéro supérieure gauche), fut baptisée voilà longtemps "Bronche de Nelson", va savoir pourquoi.
Le Nelson en question a probablement décrit cette bronche en particulier, mais personnellement, dire qu'il y a une bronche dans un poumon, sans vouloir paraître mesquine, j'ai du mal à voir l'exploit.
Enfin, passons. Il y a les mégalomanes, donc, et les poètes.

Qui vous décrivent, entre autres, des "yeux en coucher de soleil".
Sans photo à l'appui, l'externe lambda que je suis est perplexe.
L'externe lambda a alors recours a son plus cher ami en matière d'imagerie médicale "Google image". Je ne plaisante pas. Tapez "chancre" dans google image, vous verrez, il y a de l'image de qualité (et de quoi être calmé).
Bref, je tape "yeux en coucher de soleil", et paf, entre autres photos (prévisibles) de... couchers de soleil, je tombe sur les yeux de cocker de Patrick Bruel, qui a manifestement chanté en son temps "coucher de soleil dans tes yeux". D'après mon bouquin, ces fameux yeux... sont le symptôme d'un problème au niveau du cerveau (en très très gros).
No comment.
J'en ris encore.

Tout ça parce que, je ne savais pas comment dire : "j'ai vu mourrir deux personnes cette semaine, une femme vendredi matin, tout est allé très vite, et ce fut sous mes doigts immobiles parce qu'il n'y avait plus rien à tenter; et un homme, très jeune, pour qui tout devait être tenté, qui allait tellement mieux. Mais il a rompu une artère dans ses voies aériennes, hémorragie cataclysmique et, en une minute, il s'est vu mourir sous nos yeux impuissants. Ceux qui savent ce que c'est s'imaginent aisemment l'horreur, les autres ont de la chance". 
Mais, vous voyez, je ne savais pas vraiment quoi dire d'autre, ce soir.
Mon stage là bas s'achève, et c'est tant mieux.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

primum non nocere 02/02/2007 14:02

Pas mal cette histoire.Personnellement vu parfois les dissections que l'on peut faire je peux rellement me representer qu'on peut trouver une artere, une bronche ou autre qui porte son nom.Un jour peut etre je trouverais un truc appelé a............y lol mais ca sera trop long, deja m'appeler un jour docteur a...........y sera sportif, je serais celui qu'on nommera le plus souvent par son prénom mdr.jocelyn

pX 08/01/2007 20:03

Pour les yeux en coucher de soleil, j'imagine que c'est une considération + psycho que physio, je veux dire toi aussi, si tu t'étais regardée dans la glace après une de ces 2 interventions (chuis sur que t'avais que ça à faire;) tu aurais sans doute vu le soleil se coucher ; Beaucoup du vocabulaire médical qui touche à la mélancolie, notion elle-même bien difficile à définir, a des airs de poésie dérisoire. Pour le reste, vraiment désolé, et merci.

Ephélide 12/01/2007 18:07

Non non ce n'est pas psychologique, mais bel et bien physio. Ca trahit une hypertension intracranienne (chez un gamin hydrocéphale par exemple). Des poètes vous dis je !Et qu'est ce que c'est que cette allusion ironique à mes yeux ? Ils sont Beaux (avec la majuscule, oui oui oui) en toute circonstance, non mais oh. (Qui a dit "oh le déni de réalité de sa part,  et quel manque de crédibilité ?")J'ai du mal à voir ce qui me vaut un merci mais... "De rien" ?

Nikita Donner-Kebab 04/01/2007 01:44

N'arrête jamais d'écrire... Il se passe quelque chose là.

Ephélide 05/01/2007 19:27

Que répondre à ca? Merci en tout cas de l'avoir dit. Vraiment.

galunto 31/12/2006 13:15

Dans Urgences quand tout semble avoir été tenté, y'a parfois un interne zélé qui nous sort un truc de derrière les fagots, genre technique de Trucmuche. Des fois ça marche... Si c'est le cas, le jeune impétueux passe du statut de cheval fougueux qui a encore beaucoup à apprendre à celui de cheval fougueux qui a toujours beaucoup à apprendre mais qui aura au moins réussi une fois à mettre tout le monde sur le cul.
Bon, je sais pas du tout si dans la réalité ça existe ce genre de choses, je sais même pas si les fameux docteurs Trucmuche ou Machinchose ont vraiment donné leur nom à des manip ou même à des instruments médicaux... mais ça m'étonnerait pas vraiment, vu que dans ce pays, les grands hommes ont droit à leur nom apposé sur quelque chose (les généraux et les maréchaux ont des avenues, les poêtes ont des écoles et les anciens présidents de la Républiques ont des aéroports ou des porte-avion)

Ephélide 05/01/2007 19:26

En fait oui les Truc et Machinchoses ont vraiment existé. Par exemple en chirurgie on utilise des drains particuliers appelés "Redon". Qui ont été inventés par l'interne du Dr Redon. (Je ne plaisante pas. la vie d'interne est particulièrement injuste). Le nom de l'interne était accolé au nom de Redon à l'origine, mais l'usage l'a oublié. Il paraît qu'ils touchent tous les deux des royalties. C'est la moindre des choses.Un jour je serai un cheval fougeux qui sort des techniques de derrière les fagots, promis. Pour le moment je ne suis qu'une limace. Qui avance, lentement, baveusement, mais surement.